Mois: août 2017

Le vertige métaphysique du zoom

Vertigo (1958)

Le vertige (physique) exprimé grâce au zoom

Si la demi-dioptrie est ma technique cinématographique fétiche (d’où le nom de ce blog), le zoom est un procédé encore plus fondamental pour moi, ne serait-ce que parce qu’il est plus fréquent. Hélas, il a acquis une mauvaise réputation dans les années 1970 à cause de sa surutilisation par les Italiens et les Hongkongais en particulier, puis par les vidéastes amateurs dans les décennies suivantes. Cela a conduit à l’idée reçue qu’il est banni chez les professionnels ; or c’est totalement faux. Avant d’être une technique narrative, le zoom est un dispositif optique, plus précisément un objectif dont la focale est réglable durant la prise de vue. Jusque-là, tous les objectifs avaient une focale fixe, c’est-à-dire un champ de vision donné. Pour faire simple, une courte focale correspond à un « grand angle » de vision, parfois jusqu’à la déformation comme à travers le judas d’une porte (on parle d’objectif fisheye). À l’opposé, la longue focale, appelée téléobjectif quand elle est très longue, permet de montrer des détails très éloignés à la manière d’une longue vue. Il est important de noter que le zoom n’a pas fait disparaître les focales fixes pour autant, qui sont techniquement de meilleure qualité. De plus, travailler avec des objectifs à focale fixe est une bonne discipline pour les débutants.

Lire la suite

Publicités

10 raisons pour lesquelles je préfère la TNA

Le logo original de la TNA

Comme je le disais en introduction d’un article précédent, j’ai presque toujours tendance à opter pour le camp minoritaire et opprimé ; j’ai été fan de SEGA à l’époque où ils étaient dominés par Nintendo, puis fan de Nintendo quand Sony est devenu leader par exemple. Je préfère Pepsi à Coca Cola, Quick à McDo, j’ai voté Hamon, etc. Et il m’arrive même souvent de choisir le camp en difficulté avant même de savoir qu’il l’est, et la TNA est un excellent exemple – il y en aura un autre dans un prochain article. Mais il est ici important d’évoquer le concept d’allégeance. Un utilisateur des forums NeoGAF avait très bien expliqué la cause du « fanboysime » dans les jeux vidéo. Comme il est difficile de posséder toutes les consoles, il est naturel pour un joueur de se conforter régulièrement dans son choix en trouvant de bonnes raisons de ne pas en avoir fait un autre, et donc en dépréciant les avantages et les exclusivités des autres machines. Or il n’y a pas de raison que ce soit différent pour le catch, et j’avoue moi-même m’être (en partie) auto-persuadé que la WWE ou le catch japonais n’étaient plus « ce que c’était » pour avoir une bonne raison de n’avoir plus le temps de tout regarder… Et ce mécanisme est à mon avis au cœur même de la vision de la TNA par les fans de catch.

Lire la suite