Mois: août 2019

Les matches mixtes dans le catch, ça marche !

Callihan Vs. Blanchard à Slammiversary XVII

Un match mixte en main event d’un pay-per-view de catch

Il ne vous a sans doute pas échappé que les femmes sont de plus en plus mises en avant dans de nombreux domaines comme le divertissement (en particulier le cinéma) et le sport, non sans difficultés parfois. Et c’est aussi vrai dans le catch, « divertissement sportif » par excellence, comme je l’ai abordé dans un article précédent. J’y évoque notamment le fait que la WWE a largement capitalisé sur ce « phénomène », certes avec peut-être un peu d’opportunisme parfois mais avec une réussite indéniable. Car si elle a beaucoup profité du star power de Ronda Rousey, on ne peut pas nier que son départ a largement été compensé par Becky « The Man » Lynch qui s’est imposée depuis comme l’une des stars les plus populaires de la promotion, hommes compris – reste à voir si son arrogance ne va pas se retourner contre elle à terme… Mais tout cela est forcément un peu vexant pour les autres compagnies (mentionnées dans l’article) qui avaient misé bien avant sur les femmes, comme la TNA dès 2007, même si je ne l’avais pas cité comme l’une des dix raisons pour lesquelles je la préfère à la WWE – mais plusieurs femmes sont citées dans la raison n°1 ! Affaiblie par la politique de siphonnage des indés de la WWE, l’actuelle Impact Wrestling profite quand même d’une division féminine solide à défaut d’être peuplée, avec des lutteuses accomplies comme Taya Valkyrie, Rosemary, Havok ou encore Tessa Blanchard. Mais surtout, pour ne pas passer pour le suiveur (qu’elle n’est pas), elle s’est lancée sur le « marché » risqué du match mixte.

Lire la suite

Publicités

Des publications injustifiées sur le web

Justified

Si, si, ce choix d’image est justifié, car elle est tirée de la série Justified

Il y a une chose qui m’énerve au plus haut point dans la vie, c’est que pendant que certains râlent contre les interdits en mode « on ne peut plus rien faire » alors que la plupart d’entre eux (tabac, ceinture de sécurité et Cie) sont imposés pour le bien-être de chacun (et en premier lieu le leur), la grande majorité semble se satisfaire de conventions à la noix. Certaines sont si anciennes que l’on continue de les marteler sans même vérifier qu’elles soient toujours pertinentes. Or hélas, il est parfois très difficile de revenir dessus à cause de nos habitudes (cf. cette conférence TED sur l’habituation) ; l’un des meilleurs exemple est le clavier AZERTY. Les premières machines à écrire utilisaient un clavier dans l’ordre alphabétique mais, en tapant trop vite, on avait tendance à appuyer sur deux touches consécutives causant un emmêlement des barres à caractère. Du coup la disposition AZERTY a été conçue pour éloigner au maximum les lettres qui se suivent fréquemment dans la langue – même si c’est un peu raté pour « ERT » – afin de ralentir la frappe ! Sauf que les utilisateurs se sont vite habitués à cette disposition, et ceux qui ont utilisé des machines à écrire ont sans doute encore rencontré le problème de l’emmêlement. Et cela n’a bien sûr plus lieu d’être sur nos claviers modernes et virtuels, mais il est trop tard pour chambouler tous nos automatismes…

Lire la suite