Auteur : Guillaume Verdin

Cinéma Bolsonaro

Jivaro/L’Appel de l’or (1954)

Jivaro/L’Appel de l’or (1954)Jivaro est en fait le second long-métrage en 3D d’Edward Ludwig après Sangaree (1953), un film en costumes sur la révolution américaine qui avait déjà pour vedette Fernando Lamas (le père de Lorenzo, et l’une des rares stars hispaniques de Hollywood il me semble) et qui était du coup le tout premier film en 3D de la Paramount. Lui aussi a été édité en Blu-ray chez Kino Lorber mais il est hélas introuvable ces temps-ci, ce qui est un peu dommage dans la mesure où un film d’aventure est quand même moins original en matière de stéréoscopie… En même temps, comme il est sorti à la fin de la première vague 3D, en février 1954, Jivaro n’avait jamais été projeté dans sa version originale à l’époque, lui (c’était même la première fois qu’un grand studio n’imposait plus la version 3D). Et c’est encore plus dommage car il en fait une utilisation assez judicieuse. À propos de Taza, fils de Cochise (1954), tourné entièrement en décors réels, j’avais expliqué qu’on pouvait difficilement tricher en 3D, mais Ludwig et son équipe y sont parvenus. Hormis quelques stock-shots en 2D de la forêt amazonienne (histoire de légitimer ce qui était affirmé dans le dossier de presse), la seconde équipe a tourné en Floride et le gros du film a été fait dans les studios de la Paramount, mais il faut vraiment se concentrer sur le fond de l’image dans certains plans pour entrapercevoir les murs peints, tant les décors sont vastes et incroyablement riches.

Lire la suite

Labyrainette

The Maze (1953)

Comme je menaçais de le faire dans mon précédent article, je me suis fait une commande de huit Blu-rays américains (dont sept en 3D) histoire de rentabiliser mon lecteur multi-zone. J’avais au préalable recensé un maximum de films disponibles sur Amazon.com et, parmi ceux qui étaient en stock, j’ai sélectionné ceux ayant des frais de port similaires (pour les mutualiser) puis j’ai éliminé les plus chers ; certains dépassent tout de même les $50… Je n’ai donc aucune comédie musicale pour le moment, ni l’unique (?) film de guerre en 3D, mais sept films allant de 1953 à 1984, sans western cette fois mais avec surtout de l’horreur et un zeste d’aventure. Il est aussi intéressant de noter que trois films n’appartiennent ni à la première vague des années 1950, ni à la deuxième des années 1980, mais nous y reviendrons, donc, le but étant de les traiter individuellement quitte à proposer des articles plus courts mais réguliers. Il faut dire que la plupart de ces Blu-rays sont édités par Kino Lorber, et ils proposent presque toujours des commentaires audio passionnants et parfois des courts-métrages en bonus, comme un dessin animé en 3D de Woody Woodpecker avec Wings of the Hawk (1953), que je n’avais hélas pas encore vu à la publication de mon article…

Lire la suite

Quatre westerns en région invalide

Metalstorm: The Destruction of Jared-Syn (1983)

Depuis mon précédent article, j’ai fait plusieurs découvertes surprenantes dont une le contredit en partie, puisque j’ai appris que le film Monster Hunter n’avait hélas pas été tourné en 3D, ce traître à la race binoculaire qu’est Paul W.S. Anderson s’étant même mis à la conversion depuis son précédent film, le dernier Resident Evil avant le futur reboot. C’est d’autant plus triste que même ses admirateurs estiment que son montage haché ne se prête pas du tout au procédé… Cela n’en reste pas moins ironique de la part de Sony qui produit ses films et avait sans doute fourni les rigs 3D pour ses tournages, mais on peut imaginer que ça les mettait mal à l’aise de publier un Blu-ray 3D que leur nouvelle console flambant neuve ne peut pas lire – et à ce sujet, j’ai aussi appris quelque chose d’édifiant, mais j’y reviendrai… Parce que, à la base, la découverte d’un western en 3D réalisé par Douglas Sirk m’a aussi bien inspiré l’article précédent que donné envie d’acheter quelques films en import. J’en avais au départ retenu cinq mais, pour économiser des frais de port, je suis parti sur quatre titres, deux westerns de la première vague 3D des années 1950 et deux séries Z post-apocalyptiques de la deuxième des années 1980, du même réalisateur en plus.

Lire la suite

La 3D annulée

Monster Hunter

Cela fait à présent plus de trois mois que je n’ai pas publié d’article… J’en ai toujours un sur le catch en brouillon depuis des années, mais je souhaitais surtout écrire une série de post mortem sur mes courts-métrages, ce qui nécessiterait de les remettre en ligne en bonne qualité. Le problème est qu’il me faudrait pour ça la fibre que j’attends, justement, depuis plus de trois mois. Et puis lundi matin, j’ai fait une découverte qui m’a inspiré ce texte sur ma marotte, celle qui donne à ce blog son slogan, la 3D. Après tout, le dernier article sur le sujet, déjà un peu désespéré, remonte à plus d’un an et il s’est passé pas mal de choses depuis, ou du moins la situation a empiré. Mais il y a eu un petit évènement aujourd’hui, c’est la sortie du nouveau Wonder Woman en vidéo, or l’édition limitée steelbook contient le Blu-ray 3D du film, même s’il s’agit de conversion… En revanche, à la fin du mois doit également sortir le film Monster Hunter qui lui n’est proposé qu’en 2D alors que, ironiquement, il a sans doute été tourné en 3D comme tous les films de Paul W.S. Anderson depuis pas mal d’années déjà…

Lire la suite

Trois films qui m’ont construit

Vampyr (1932)

Dans le cadre de ma série de souvenirs, j’ai eu l’occasion de consacrer des articles à des films qui m’ont marqué à jamais comme Les Aventures de Jack Burton dans les griffes du mandarin (1986), Abyss (1989), Dracula (1992) ou encore Mission : Impossible (1996) notamment. Or depuis, il m’est souvent arrivé de me demander pourquoi je n’avais pas abordé tel ou tel autre. Mais la raison est simple ; cette série d’articles était construite sur une chronologie, et il ne m’était donc possible que d’évoquer des films vus en salle, à leurs sorties, pour pouvoir dater leurs découvertes avec un minimum de précision. Et même si tout cinéphile préfère voir un film au cinéma, il serait étonnant qu’il y en ait encore qui n’ait jamais découvert le moindre chef d’œuvre sur un petit écran… Et au fond, c’est même tout à son honneur pour un film de nous hanter malgré des conditions de visionnage loin d’être idéales. Bien que je note dans mon agenda tous les films que je vois depuis déjà pas mal d’années, il serait laborieux (et au moins impossible pour le premier) de dater ma découverte des trois longs-métrages qui suivent, que je vais tout de même présenter dans l’ordre dans lequel je pense les avoir vus. Il y en aurait sans doute beaucoup d’autres qui vont sans doute me revenir à peine le temps de cliquer sur « publier » mais ces trois-là m’ont énormément influencé, et confirment d’ailleurs si c’était nécessaire mon intérêt pour l’horreur et le fantastique.

Lire la suite

La toute-puissance de la pensée

Scanners (1981)

Ce duel de Scanners commence à mal tourner…

Je vais poursuivre sur le matérialisme de mon article précédent avec un concept qui me tient à cœur. Concept que j’ai toujours appelé comme le titre de cet article en croyant qu’il s’agissait d’une dénomination « officielle » mais c’est semble-t-il une création de Serge Grünberg pour son livre sur David Cronenberg (dont il va être question ici), inspirée par Freud cela dit. Le terme philosophique semble apparemment plutôt être le problème (ou dichotomie) corps-esprit, encore qu’il se penche surtout sur la corrélation entre le cerveau et l’esprit, autrement dit la matérialisation physique de ce dernier. Or ce qui m’intéresse, c’est la propension de l’humain, en particulier l’intellectuel, à faire primer la pensée sur le corps. En vieillissant, on prend de plus en plus conscience du poids de son corps, et on cherche aussi (en vain bien entendu) à s’en libérer. Or Cronenberg est considéré comme l’inventeur du genre « body horror » (horreur corporelle ou viscérale), et l’un de ses thèmes principaux (sinon le thème principal) est justement de nous rappeler la connexion entre corps et pensée…

Lire la suite

Horreur gothique et matérialiste

Call of Cthulhu - R'lyeh Rises

Plus tard ce mois-ci, je vais avoir quarante balais et H.P. Lovecraft aurait donc eu cent-trente ans le même jour… Je ne sais pas si quelque chose est prévu mais l’écrivain est à la fête depuis pas mal d’années, le domaine public aidant. Ce qui complique les choses est qu’il fait partie des artistes ciblés par la cancel culture et, comme hélas souvent avec les chantres de ce mouvement, ils ont tendance à faire comme si l’œuvre n’avait jamais existé sans l’avoir lue… Or même si je ne trouve pas pertinent de séparer l’homme de l’artiste, ça l’est beaucoup plus de séparer les deux de l’œuvre. Certains justifient de ne pas le faire parce qu’ils estiment qu’il l’a précisément construite sur sa peur de l’autre, mais cette vision me semble quand même réductrice ; le fait que ses narrateurs découvrent parfois (avec horreur, certes) qu’ils sont eux-mêmes des hybrides (Arthur Jermyn, Le Cauchemar d’Innsmouth par exemple) pourraient même laisser penser qu’il a fini par comprendre que nous étions tous le résultat d’un métissage. Après tout, il a épousé une femme juive et a renié ses écrits contenant des passages ouvertement racistes, comme L’Horreur de Red Hook (1925). De toute façon, je pense qu’il est contre-productif de censurer une œuvre, et quand j’en vois sur Twitter prétendre que séparer Roman Polanski de son œuvre c’est comme séparer Hitler de Mein Kampf… Enfin bref.

Lire la suite

Étude des invités politiques d’Europe 1 (ou comment je me suis amusé avec Excel)

Moquez-vous, mais vous verrez que quand vous vieillirez, vous aussi vous vous mettrez à écouter ce genre de radio… Plus sérieusement, Europe 1 a toujours compté pour moi, tout simplement parce que c’est ce que mes parents écoutaient. J’ai donc grandi avec pas mal de leurs émissions, en particulier Crime Story dans laquelle Serge Sauvion, le doubleur de Columbo, racontait les histoires d’Alfred Hitchcock. Cela dit, ça n’a jamais été jusqu’à récemment la radio que j’écoutais principalement mais, avec le confinement, Mouv’ ne passe plus que de la musique et le rap commence à me lasser – et c’est pas faute d’avoir essayé… De toute façon, je ne peux pas vraiment compter sur une radio pour diffuser la musique que j’aime, donc autant en écouter une pour les infos. Et Europe 1 est de tout de même moins à droite que RTL et RMC globalement, mais c’est peut-être aussi pour ça qu’elle est encore loin derrière dans les audiences. Ces dernières ont toutefois remonté depuis la rentrée or, en fin d’année dernière, j’ai eu l’impression que la radio privilégiait les invités de droite…

Lire la suite

Tom Nook, l’incompris

Tom Nook

Dans un article publié sur Tiny Cartridge il y a deux ans, Eric Caoili reconnaissait lui-même qu’il était ringard (corny) de se plaindre de Tom Nook chaque fois qu’Animal Crossing faisait l’actualité. Mais je n’avais pas manqué de signaler cette éternelle injustice en commentaire, et j’avais reçu pas moins de cinq likes – oui, ce n’est pas très impressionnant mais c’est pas si mal pour ce petit blog et je rêve d’un tel niveau de popularité sur Twitter… Je trouve en effet quand même dingue que presque vingt ans après les débuts de la série, et même quinze depuis sa démocratisation sur DS, Tom Nook reste présenté par les journalistes flemmards comme un usurier. Car au-delà de l’insulte et de ce spécisme manifeste, cela témoigne à mon avis d’un rapport à l’argent maladif chez la plupart des joueurs… Ce qui ne serait pas étonnant si ça se limitait à la France, mais on a véritablement affaire à un malentendu pandémique.

Lire la suite

Six trouilles plus une

Halloween H20

Au départ, je n’étais pas très tenté de faire pour Halloween ce que j’avais fait pour Vendredi 13, n’ayant après tout pas de jeu dérivé cette fois, mais surtout parce que j’avais le pressentiment que même si le premier film est un chef d’œuvre, en tant que série, Halloween était bien plus mauvaise. Comme je l’avais expliqué au sujet de la franchise rivale, Halloween est déjà bien plus heurtée, avec un gros changement de direction au troisième épisode mais sans lendemain, puis pas moins de trois reboots en l’espace de cinq films… Or ironiquement, c’est le succès des Vendredi 13 chez Paramount qui a motivé la production chez Universal de suites à Halloween – un juste retour des choses puisque le long-métrage de John Carpenter avait inspiré son concurrent et lancé plus généralement la mode des slashers (même s’il existe quelques représentants plus anciens bien entendu). Le réalisateur n’avait toutefois pas spécialement l’intention d’en réaliser mais, comme l’argent pouvait lui assurer une certaine indépendance, il a accepté d’écrire et produire quelques suites tout en tournant d’autres films. Il a été notamment impliqué dans les deux suivants que vient de rééditer Le Chat qui fume et, comme je les ai commandés, autant les aborder. Et puis les suivants sont pour le coup tous disponibles sur Amazon Prime, sans exception cette fois et en VOSTF. J’avais donc peu d’excuses d’éviter ce second marathon même si, comme prévu, c’était nettement plus inégal…

Lire la suite