Non classé

Comment j’ai perdu 10 kilos en six mois et sans effort

Thor et sa prothèse de surpoids

Moi début mars (à gauche) et moi maintenant (à droite). Enfin à peu près. Bon en fait pas du tout… T_T

Avant tout chose, je ne garantis pas que ce « régime » marchera sur tout le monde, et peut-être qu’il a été rapide avec moi parce que j’étais en surpoids ; j’ai d’ailleurs à peu près retrouvé la masse que j’avais il y a une dizaine d’années. Mes abdominaux ne sont donc pas plus saillants qu’à l’époque, en mode « tablette de chocolat recouverte de saindoux » mais j’ai pu remettre certains pantalons que j’avais mis de côté parce qu’ils étaient un peu trop serrés… Et il me faut également préciser deux choses en préambule. La première est que je pense avoir une alimentation relativement équilibrée ; je ne vais plus au fast-food, je ne bois presque pas d’alcool ni de soda (à cause de problèmes de reflux gastrique), je mange pas mal de légumes, du poisson à quatre repas par semaine, du fromage une seule fois par jour, etc. Cela étant, je consomme quand même beaucoup de conserves et de plats préparés par manque de temps, et j’ai deux fois par jour ma drogue sur laquelle il m’est physiquement impossible de tirer une croix, le Cappuccino. Quant à la seconde précision, c’est que je ne cherchais même pas spécialement à perdre du poids initialement, mais à diminuer mon taux de glycémie…

Lire la suite

Publicités

Des publications injustifiées sur le web

Justified

Si, si, ce choix d’image est justifié, car elle est tirée de la série Justified

Il y a une chose qui m’énerve au plus haut point dans la vie, c’est que pendant que certains râlent contre les interdits en mode « on ne peut plus rien faire » alors que la plupart d’entre eux (tabac, ceinture de sécurité et Cie) sont imposés pour le bien-être de chacun (et en premier lieu le leur), la grande majorité semble se satisfaire de conventions à la noix. Certaines sont si anciennes que l’on continue de les marteler sans même vérifier qu’elles soient toujours pertinentes. Or hélas, il est parfois très difficile de revenir dessus à cause de nos habitudes (cf. cette conférence TED sur l’habituation) ; l’un des meilleurs exemple est le clavier AZERTY. Les premières machines à écrire utilisaient un clavier dans l’ordre alphabétique mais, en tapant trop vite, on avait tendance à appuyer sur deux touches consécutives causant un emmêlement des barres à caractère. Du coup la disposition AZERTY a été conçue pour éloigner au maximum les lettres qui se suivent fréquemment dans la langue – même si c’est un peu raté pour « ERT » – afin de ralentir la frappe ! Sauf que les utilisateurs se sont vite habitués à cette disposition, et ceux qui ont utilisé des machines à écrire ont sans doute encore rencontré le problème de l’emmêlement. Et cela n’a bien sûr plus lieu d’être sur nos claviers modernes et virtuels, mais il est trop tard pour chambouler tous nos automatismes…

Lire la suite

Comment le marketing a tué la magie

Messmer

Kame-hame…

Ce titre d’article peut ressembler à une tautologie, mais je ne parle pas ici de magie au sens large, mais bien d’illusionnisme ou de prestidigitation. Certes, on peut se dire que dans le monde cynique dans lequel on vit, où des choses aussi incroyables que l’élection d’un clown à la tête des États-Unis sont possibles, il est normal que ce genre de discipline périclite. Mais le souci est qu’elle n’a pas disparu mais qu’elle a évolué, ou plutôt s’est faite remplacer par des escroqueries comme la grande mode de l’hypnose. Pour raccrocher les wagons à mon train (hum), c’est un peu le même drame que lorsque la 3D se démocratise en salles mais que la conversion remplace insidieusement la 3D native jusqu’à sa disparition quasi totale… Il faut dire qu’aujourd’hui, on ne voit de la magie que chez Michel Drucker et Patrick Sébastien, voire sur Internet – hélas avec l’aide d’effets numériques parfois. Et ce n’est pas qu’une question d’avoir perdu son âme d’enfant. Même si on sait qu’il y a un truc et qu’on parvient à le trouver, un tour bien exécuté reste bluffant, comme un plan-séquence réglé au millimètre au cinéma, ou quand un catcheur prend un risque inconsidéré. Car si le but de la magie est de nous surprendre, quitte à nous induire en erreur, ce n’est pas de nous escroquer.

Lire la suite

« Mon » Crime et châtiment

Crime et châtiment

Illustration de mon édition Folio hélas introuvable de Crime et châtiment

Cela fait plus de deux mois que je n’ai pas publié d’articles – et encore, le dernier était un peu particulier – mais il faut dire que je n’ai plus beaucoup d’idées hormis d’énièmes textes consacrés à la 3D. J’ai notamment en stock un article sur quelques Blu-rays, ou encore le vague projet d’un droit de réponse au Fossoyeur de Films, mais plus ça va, moins ça intéresse de monde… Je tente donc quelque chose d’un peu différent, avec ce qui sera sans doute mon unique entrée dédiée à la littérature. Il faut dire que cet article reprend des choses que je rumine depuis des années, mais que je n’ai jamais eu l’occasion de mettre à l’écrit, or le blog est bien là pour ça. Donc, pour ceux qui l’ignorent, mon roman préféré reste à ce jour, je pense, Crime et châtiment (1866), signé par ce qui est assurément mon écrivain préféré, Fiodor Dostoïevski. Maintenant, je dois avouer que je ne l’ai lu qu’une seule fois, et il y a plus de quinze ans, et non seulement j’ai dû oublier des choses, mais surtout, mon interprétation à l’époque était peut-être faussée par mon manque de connaissances par rapport à ce que je suis aujourd’hui. Mais c’est précisément ce dont je veux parler ici, en quoi ma vision (juste ou pas) du livre diffère d’une bonne partie de la culture populaire.

Lire la suite

Pour une réforme de l’énucléation nationale

"Près du cimetière" par Laurent Fulci

Dans ces temps incertains où notre foi dans les entités cosmiques appartenant à des dimensions non euclidiennes est ébranlée, et où l’on ne peut plus enterrer des corps dans son jardin sans éveiller les soupçons de son voisinage ni se faire surprendre par des joueurs de Pokémon Go, il devient urgent de retrouver l’unité qui a toujours fait la force de toute société secrète, et l’apaisement qui permet à chacun d’exprimer ses perversions en toute liberté et ce, toute l’année et pas seulement pendant Japan Expo. Et quoi de mieux pour calmer les esprits que la musique ? Nous avons donc commissionné Laurent Fulci, le compositeur officiel de la FFFFF (Fédération Française des Fans de Fabio Frizzi), une chanson – que dis-je ! – un hymne à la beauté de la décomposition, à la tolérance envers les sadiques et à la joie dans la souffrance. Et pour vous inciter à l’entonner vous-mêmes, et ainsi à encourager chaque enfant à le réciter pour rester éveillé la nuit après un bon film de zombi, il a préféré vous présenter cette chanson sous forme de karaoké, dans une vidéo accompagnant les paroles d’images édifiantes et stimulantes. La voici après une courte biographie de l’auteur :

Lire la suite

Bon sens saurait mentir

Je préfère vivre près d'une centrale nucléaire dans ce cas...

Je préfère vivre près d’une centrale nucléaire dans ce cas…

Cela fait plusieurs fois que je fais référence à un éventuel article politique, auquel j’ai longtemps voulu résister. Certains se sentiront sûrement visés (et à juste titre), mais je vais essayer de ne pas trop attaquer tel ou tel camp et simplement faire réfléchir sur l’expression « bon sens » que j’entends de plus en plus souvent autour de moi depuis quelques années, et qui est pour moi l’un des symptômes de la montée du populisme, constatée un peu partout dans le monde. Je précise en passant que j’emploie ce terme dans son sens péjoratif, comme synonyme de démagogie. Mais je pense que n’importe quel politique peut parfois faire preuve de démagogie, alors que je parle ici de la manière dont il est érigé en véritable programme politique ; or le terme « démagogisme » n’existe pas. Et pour évoquer cela je vais commencer par la fin d’une certaine manière, le point d’orgue de l’emploi de cette expression vaseuse. Le 8 mars, j’ai en effet reçu en SPAM le communiqué de presse d’Alain Mourguy annonçant sa candidature à l’élection présidentielle. Son parti s’appelle l’UDG, qui signifie en fait « Union Des Gens de bon sens ». Il manque donc sans doute un « BS » dans ce sigle, mais du BS, il y en a un paquet sur son site et dans son programme, rassurez-vous…

Lire la suite

Quelques erreurs de prononciation classiques en anglais

Le Goût des autres (2000)

« the… »

Mon dernier article remonte déjà à la mi-décembre, et il est passé inaperçu même s’il faut que j’arrête de publier les week-ends d’attentats ou les jours de sortie de Star Wars… Entretemps, j’ai bien eu quelques idées mais je crains que certaines ne soient trop polémiques ou à l’inverse trop débiles (et en plus très private joke). Mais à force d’entendre « Ralph Finesse » (le fils caché de Louis de Finesse ?) dans l’horrible bande-annonce française d’Ave, César !, je me suis dit qu’il serait grand temps de profiter de ce blog pour tenter de corriger quelques erreurs de prononciation courantes en anglais… Cela me gêne de faire la leçon, mais je ne comprends pas bien comment certaines fautes peuvent perdurer à l’heure où il est très facile, grâce à Internet, de connaître la prononciation d’un mot dans n’importe quelle langue ! Encore un problème de curiosité j’imagine… J’espère donc que vous ferez vous-mêmes quelques recherches la prochaine fois. Moi-même j’en découvre tous les jours – j’ai appris il y a quelques jours que le « e » de Jessica Lange est muet ! – et si ça peut vous déculpabiliser, sachez que j’ai entendu des Américains commettre certaines des erreurs ci-dessous…

Lire la suite

Halloween 2014 – The Night He Came Home (on foot from Bougival)

On The Bus par LEMMiNO

On The Bus par LEMMiNO

En réalité, cette histoire ne s’est pas tout à fait déroulée lors de Halloween, mais c’était l’occasion de rendre hommage à l’un de mes films préférés et… c’est mon blog, je fais qu’est-ce que je veux ! Plus sérieusement, c’est une histoire cocasse voire édifiante, qui aurait pu faire les choux gras d’un JT de Jean-Pierre Pernaut, ou le sujet d’un court-métrage façon comédie sociale de gauche, ce qui prouve l’étendue des interprétations possibles. Enfin bref, tout à commencé le dimanche 2 novembre au soir, après le démontage du stand MO5.COM sur le salon Paris Games Week… À la surprise générale, cette opération s’était déroulée extrêmement vite, puisque le camion transportant le dernier chargement est parti vers dix heures moins le quart. Mais peu de temps auparavant, j’avais été informé d’un problème de train sur ma ligne… Causé par la météo, il devrait prendre fin aux alentours de 22h30. Lire la suite

Bienvenue sur Split Diopter !

Guillaume 2Split Diopter est mon blog perso. Initialement j’espérais pouvoir m’en passer, d’autant que j’écris déjà énormément pour Le Mag MO5.COM, site dont je suis quasiment le seul rédacteur. Mais si l’association MO5.COM me fait pleinement confiance et me donne une grande latitude pour m’y exprimer, cela reste un site dédié aux jeux vidéo, et plus particulièrement au retrogaming. J’ai bien essayé parfois de parler un peu cinéma via mes éditos ou mes podcasts, mais cela reste évidemment limité. Ce blog me permettra donc de parler de tout ce dont je ne peux pas parler sur le Mag, y compris de jeux vidéo lorsqu’ils sont trop récents.

Son titre fait référence au cinéma et en particulier à un procédé optique dont je suis friand, la demi-dioptrie. Si vous voulez savoir ce que c’est, regardez l’interview du chef opérateur Richard H. Kline sur le DVD/Blu-ray de Furie de Brian De Palma. D’autres directeurs de la photo en parlent dans d’autres bonus d’autres films, mais c’est sans doute celui qui explique le mieux de quoi il s’agit, ayant été l’un des premiers à l’utiliser régulièrement. Sincèrement, je pense que je n’aurais pas trouvé mieux comme nom pour me représenter. La plupart des termes de cinéma auraient été trop communs (zoom, panoramique, moteur, action et j’en passe), et d’autres auraient prêté à confusion comme le trans-trav – si vous cherchez des exemples sur le net, activez bien SafeSearch ! En outre, même si je ne vais pas parler que de cinéma, la demi-dioptrie porte en elle l’idée d’un double regard, histoire de dire que mes articles ne se contentent pas d’un point de vue unique et simpliste sur le monde !… Bien évidemment, ce ne sera vraisemblablement pas le cas, mais ça fait bien.

Guillaume Verdin

Y a pas que De Palma qui en fait, des demi-dioptries, hein ?

Y a pas que De Palma qui en fait, des demi-dioptries, hein ?