Cinéma

Pour en finir avec le Fossoyeur de Films

Le Fossoyeur de Films

La vignette annonce la couleur… ou pas

Je sais que le titre de cet article est accrocheur mais – désolé aux amateurs de règlements de compte – je n’ai ni l’intention ni l’ambition de mettre fin aux exactions du Fossoyeur de Films ; c’est juste qu’on pouvait difficilement trouver mieux comme titre pour répondre à sa vidéo « Pour en finir avec la 3D ». D’ailleurs, lui-même ne cherche pas avec celle-ci à descendre le procédé ; c’est avec le débat qu’il veut en finir, en renvoyant défenseurs et détracteurs dos à dos – tactique que j’utilise moi-même au sujet du clonage humain. Néanmoins, il me faut commencer par rappeler que si je fais l’apologie de la 3D, c’est précisément parce qu’elle est majoritairement détestée. Ceux qui me connaissent savent que je choisis presque toujours le camp de la minorité opprimée, même pour choisir une marque de soda. Peut-être que si la 3D était partout, je ferais donc partie de ses plus grands détracteurs… Alors, que nous dit le Fossoyeur sur le sujet ? Ni pour, ni contre, bien au contraire ? Le souci est que même si sa démarche me semble bonne, dans la pratique, ses arguments brossant les détracteurs dans le sens du poil sont bien plus nombreux et nourris il me semble… Parce qu’au fond, on y retrouve la mentalité réactionnaire des jeunes cinéphiles d’aujourd’hui.

Lire la suite

Publicités

3 séries B sauvées par la 3D

De la confusion entre 3D, réalité augmentée et réalité virtuelle dans la culture populaire

De la confusion entre 3D, réalité augmentée et réalité virtuelle dans la culture populaire

Il m’était possible de publier ce nouvel article dès cet été, mais je voulais l’éloigner autant que possible de mon dernier sur le sujet… Depuis, la situation de la 3D s’est encore empirée, entre des films comme SOS Fantômes et Doctor Strange difficiles à voir dans ce format sur Paris alors qu’ils ont été clairement pensés pour, bien qu’il s’agisse de conversions. Le site Real or Fake 3D n’est en outre plus mis à jour depuis la fin octobre et, summum symbolique de la situation, le seul fabricant à proposer des écrans 4K compatibles 3D, LG, ne l’indique même plus sur l’emballage pour ne pas faire peur aux acheteurs !… Autre conséquence absolument pathétique de l’attitude des constructeurs, le casque PlayStation VR, qui permet aussi de regarder façon écran de cinéma personnel des Blu-rays – et même n’importe quel support utilisant le HDMI, y compris les consoles des concurrents ! – ne peut pas (encore ?) lire les Blu-rays 3D. Il doit y avoir quelque chose qui m’échappe, parce qu’il me semblait pourtant enfantin de gérer les deux images du format 3D, dans la mesure où le casque doit de toute façon afficher précisément… deux images. En est-on vraiment arrivé à un point où Sony pense que les premiers adeptes de la réalité virtuelle sont refroidis par un procédé qui est pourtant intrinsèque à la VR ? Bref, changeons-nous un peu les idées :

Lire la suite

Notes sur quelques films en 3D

La Bataille de la Montagne du Tigre

Seule la 3D fait honneur à la fourrure et la coiffure du Dr. Eggman de Hawk

Ayant du mal à trouver de nouveaux sujets d’articles, je me suis rabattu sur mon violon d’Ingres, la 3D, surtout que ce n’est finalement pas moins polémique que l’article politique que j’hésitais à faire… Après mon texte sur la généralisation inquiétante de la conversion l’été dernier, j’avais songé à faire un bilan des films de 2015 mais j’en avais justement loupés en salles, parce que certains d’entre eux sont hélas difficiles à voir en 3D au cinéma, notamment si on préfère la VO pour les films d’animation. Cela ne me gêne pas trop quand il s’agit de conversion (Au Cœur de l’océan, WarCraft), mais ça m’attriste vraiment pour les rares films tournés en 3D (Le Dernier Loup, La Bataille de la montagne du tigre, Le Livre de la Jungle)… On frôle encore une fois le sabotage, sauf que je ne comprends pas qui a à gagner quoi dans l’affaire. Surtout que pendant ce temps-là, les films de super-héros DC et Marvel sont systématiquement disponibles en 3D, alors que certains d’entre eux, en particulier ceux de l’écurie Disney, ne sont vraiment pas filmés pour ça… Et sont d’ailleurs très mal filmés tout court à mon avis. Eh, je vous avais prévenus que ce serait un article polémique !

Lire la suite

Stuart Gordon, le turbulent des fluides

Stuart Gordon

Comme je le disais dans mon précédent article, je suis à cours de sujets hormis une parodie de chanson très private joke et un article polémique sur le « bon sens », et je suis mal à l’aise avec les deux pour des raisons différentes… Et comme j’entends toujours autant « beat them all » et des conneries sur la 3D autour de moi, je dois bien me rendre à l’évidence ; je suis inaudible et il est triste que les gens qu’on écoute le plus (#Kanye) ne soient pas forcément ceux qui ont quelque chose à dire… Fin 2009, je me lançais dans l’écriture de deux livres en simultané : un recueil de nouvelles et un livre sur le réalisateur Stuart Gordon. L’idée était qu’en menant deux projets en parallèle, je conserverais forcément de l’intérêt pour au moins l’un des deux ; et ça s’est plutôt vérifié. Mais j’ai surtout donné la priorité aux nouvelles, que j’ai envoyées à un éditeur en février 2014 et qui sont restées dans ses tiroirs – c’est une longue histoire – près de deux ans, et sans succès. Or à un moment donné, je m’étais demandé si ça n’aurait pas été intéressant de « sacrifier » une nouvelle en la publiant sur ce blog. Mais j’ai beaucoup hésité sur le candidat, puisqu’il fallait choisir l’une des histoires les plus efficaces, mais pas forcément la meilleure afin de préserver l’ensemble…

Lire la suite

Converti à la 3D… mais pas à la conversion !

Mad Max: Fury Road (2015)

Résignée, Furiosa songe à ce qu’aurait pu donner Mad Max en vraie 3D…

J’ai déjà beaucoup eu l’occasion de défendre la 3D sur mon blog, que ce soit au cinéma ou dans les jeux vidéo, et je pensais ne plus avoir à en reparler comme le procédé semblait s’être démocratisé, du moins dans les salles obscures… Mais l’actualité récente, en particulier suite au succès de Mad Max, m’oblige de nouveau à aborder le sujet car la majeure partie du public n’a sans doute même pas conscience de l’étonnante escroquerie que Hollywood est en train de nous concocter. Moi-même, je pensais naïvement pouvoir boycotter les films convertis, du moins contre le désir de leurs auteurs (My Soul to Take, Le Dernier Maître de l’Air), mais il faut dire qu’à l’époque, c’était tellement raté que ça se voyait au premier coup d’œil. Hélas, Marvel et Warner en particulier ont raffiné le procédé – il faut dire que les blockbusters contiennent de plus en plus d’images de synthèse – et il est donc en train de se généraliser. Le site Real or Fake 3D recense les films tournés en 3D et ceux qui sont convertis, et on y voit clairement comment le rapport de force a basculé en 2015 ! Et c’est d’autant plus déprimant que la plupart des films en vraie 3D sont des films d’animation…

Lire la suite

Alors, hasard ou réalité scientifique ?

voyance_par_tel

J’avais hésité avec le visuel de « Voyance discount » mais il était trop petit…

Je tiens sans doute cela de ma grand-mère maternelle et de ses ancêtres bretons, mais j’ai toujours été assez superstitieux. Non pas que j’aie peur des chats noirs (au contraire) ou que je ne passe jamais sous une échelle (au contraire) mais, comme la plupart des gens finalement, j’ai besoin de donner du sens aux choses et j’ai tendance à interpréter les évènements. Néanmoins, du fait de ma formation globalement scientifique, j’ai fini par apprendre que tout n’est que coïncidence. L’étude des probabilités m’a même montré qu’il y a souvent plus de chances qu’une coïncidence se produise que le contraire. Mais tout dépend aussi de ce que l’on appelle une coïncidence ; si on lance six fois un dé par exemple, on a plus de chances d’avoir au moins deux fois le même résultat que six résultats différents.

Lire la suite

La curiosité n’est PAS un vilain défaut !

cute1

Maintenant que j’ai votre attention, du moins je l’espère, je vais pouvoir vous parler de quelque chose qui me tient à cœur, peut-être ce qui me tient le plus à cœur depuis quelques années. Certains vieux grincheux nous disent que le cinéma est mort ou que le jeu vidéo est mort. Moi je dis que c’est la curiosité qui est morte. Mais on va le voir, c’est aussi un peu le temps libre qui est mort, et à l’heure où on nous dit de travailler plus, ça devient très inquiétant. Ce n’est pas que pour générer du trafic que j’ai choisi des images mignonnes dans cet article, mais parce que c’est bien l’un des symptômes du problème. Lorsque j’ai relayé cet article sur ma page Facebook, où le classement du fil d’actualité par popularité empire d’ailleurs le phénomène, il est passé totalement inaperçu. Alors j’ai ajouté cette vidéo en commentaire et j’ai eu très vite deux « j’aime ». Mais au commentaire, pas à mon article…

Lire la suite

Trois séries françaises littéralement fantastiques !

La Brigade des maléfices (1971)J’avoue ne pas avoir prévu de parler de séries sur ce blog ; la preuve en est que j’ai mis cet article dans la rubrique « Cinéma ». Mais je n’allais pas en créer une autre juste pour cette occasion et après tout, les séries relèvent de l’art cinématographique et celles-ci ont même été tournées en pellicule ! C’est un article du numéro de septembre 2013 des Cahiers du Cinéma qui m’a fait découvrir que la télévision française a produit bon nombre de séries et téléfilms fantastiques ou de science-fiction de la fin des années 60 jusqu’au début des années 80… J’ai gardé tout ça dans un coin de ma mémoire jusqu’à mon dernier anniversaire où j’ai reçu, comme l’année précédente, un bon d’achat pour la boutique de l’INA. Et en allant dessus, je suis tombé sur un autre film de la collection Les Inédits Fantastiques qui avait en partie motivé l’article des Cahiers. Mais le choix fut difficile pour moi car la série mentionnée dans l’article qui me tentait le plus n’était précisément pas disponible, à savoir L’homme sans visage de Georges Franju. Et l’offre de l’INA ne se limite pas aux DVD, puisque certaines séries sont disponibles en VoD, et sans DRM contrairement à Arte. Enfin, elle semble s’être encore étoffée récemment, et une prochaine fois, je serai sans doute tenté par le Fantômas de Claude Chabrol ou par Aux frontières du possible. La première saison de cette dernière datant de 1971, cela signifie que cette année-là, l’ORTF a produit deux séries d’enquêtes surnaturelles à la X-Files !!!

Lire la suite

La 3D doit-elle être immersive ?

oculus-rift-teamfortress-omni-treadmill-640x353

Avec tous mes articles faisant l’apologie de la 3D, on pourrait penser que je fais partie des nombreux amateurs de high-tech à attendre l’Oculus Rift de pied ferme. Après tout, ce casque affiche aussi de la 3D, et avant de me décider pour un écran passif puisque j’ignorais que ça existait, j’avais même pensé au visiocasque HMZ de Sony, qui permet de voir les deux images en simultané sans le scintillement désagréable des lunettes actives. Mais j’avais déjà des réserves sur ce système pour des raisons purement pratiques ; si j’aime autant l’écran auto-stéréoscopique de la 3DS, c’est qu’il me permet de voir la 3D sans empiler les lunettes sur ma tête. Alors ajouter un casque… De plus, j’ai toujours été sujet à la cinétose (motion sickness), c’est-à-dire que je suis souvent malade dans les transports, et que certains jeux vidéo me donnent la nausée, en général quand il y a beaucoup d’exploration et que la caméra est amenée à beaucoup tourner (lire mon édito sur le Mag), en particulier quand elle est très proche du protagoniste (les récents Batman, le dernier Tomb Raider).

Lire la suite

Le Mythe de la Caserne

Dracula 3D (Dario Argento, 2012)Après plus d’un mois sans publier de nouvel article, il était temps de s’y mettre ! Je tiens quand même à préciser que ce texte était prévu de longue date, mais j’ai été pris par pas mal de choses concernant mon activité au sein de l’association MO5.COM (dont plusieurs journées de déménagement intensif). J’ai même déjà planifié le prochain article, mais j’ai d’abord « besoin » de celui-ci. Alors c’est vrai qu’il est audacieux de traiter un film comme Dracula 3D après La Grotte des rêves perdus, mais c’est ça aussi l’avantage de ma vue bifocale ; mes deux yeux n’ayant pas la même myopie, le droit voyant plus près que le gauche, je suis une demi-dioptrie vivante ! Et c’est ainsi que j’ai la faculté d’avoir un double point de vue sur les choses, et d’apprécier de la même manière des œuvres très différentes !

Lire la suite